Liban : Caridad en mission

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Du lundi 21 au vendredi 25 mars 2022, les représentants de l’association se sont rendus au pays du cèdre pour faire un point sur la mission de Caridad au Liban ces dernières années et lister les besoins actuels.

Le Liban, un pays en crise

Souvenez-vous, le 4 août 2020 vers 18h, Beyrouth est soufflée par deux explosions successives, dont la deuxième causée par 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans un hangar du port. Aujourd’hui encore, les bâtiments les plus proches n’ont plus de fenêtres. A huit kilomètres de l’épicentre, le souffle a tordu grilles et portails.

Ruiné par la crise économique de 2018 qui a fait entrer le pays en récession, frappé par le Covid, le Liban a de nouveau été touché par l’explosion du port de Beyrouth, coeur économique du pays. La livre libanaise s’est tellement effondrée qu’un professeur qui gagnait l’équivalent de 1.200$ en 2018 gagne aujourd’hui environ 120$. « Beaucoup de personnes préfèrent démissionner de leur travail car, à la fin du mois, ils auront dépensé plus d’argent en essence pour venir travailler qu’ils n’en auront gagné en travaillant », explique un responsable religieux local.

Pis encore, une crise alimentaire se profile dangereusement dans le pays. La Syrie voisine qui jadis était le grenier du Proche-Orient n’exporte plus de blé depuis la guerre débutée en 2011. En 2020, l’explosion du port de Beyrouth a détruit les stocks de blé du pays qui y étaient entreposés. Le Liban, qui s’était tourné vers l’Ukraine au début des années 2010 pour se fournir en céréales, se retrouve aujourd’hui sans fournisseurs et les hausses des prix font peser sensiblement sur les populations locales. Outre la pénurie de céréales, l’explosion de l’inflation empêche la majorité des foyers d’accéder à des nombreux produits alimentaires : viandes, légumes, etc.

L’action de Caridad au Liban

En 2020, Caridad a financé des distributions alimentaires dans l’un des quartiers les plus pauvres de Beyrouth. Plusieurs centaines de personnes en situation de grande précarité ont pu bénéficier des colis alimentaires contenant plusieurs kilos de légumes, de pâtes, de riz, d’huile, etc.
Lundi 21 mars, la délégation de Caridad a rencontré l’organisme qui gère les distributions alimentaires pour faire un point sur l’aide apportée en 2020 et les besoins actuels. Les membres de l’association en ont profité pour participer à la confection des colis alimentaires et à la distribution du jour.

En 2021, c’est l’éducation qui était au coeur de la mission de Caridad au Liban. En effet, l’association avait décidé de financer la scolarité d’une centaine d’enfants de l’école St Elie des Carmes Déchaux, à Tripoli. La faillite de l’état libanais a causé le retrait des financements publics aux écoles privées et semi-gratuites. Les carmes avaient donc besoin d’aide pour pouvoir aider les familles les plus pauvres à payer les frais de scolarité de leurs enfants. Cette aide était d’autant plus importante, qu’avec la crise, 100 enfants en plus ont rejoint l’école durant l’année 2021.

Des besoins toujours plus importants

Durant cette semaine de travail au Liban, Charles Mekri et Irénée de Poulpiquet, respectivement délégués général et aux projets de Caridad, accompagnés par l’abbé Nicolas Esnault, accompagnateur spirituel de l’association, ont pu rencontrer de nombreux acteurs locaux qui oeuvrent pour aider les personnes touchées par la crise. A Beyrouth, Tripoli, Majdalaiya et Kobayat, ils ont rencontré les responsables des établissements scolaires appartenant à l’ordre des Carmes Déchaux. A chaque visite les besoins sont les mêmes : financer la scolarité des enfants les plus pauvres, primer les professeurs pour qu’ils ne se laissent pas tenter par un exode dans les pays du Golfe, et entretenir les bâtiments endommagés par les infiltrations d’eau. Réputé pour le niveau de son instruction, l’enjeu est de maintenir ce qui fonctionne encore et de former dans les meilleures conditions les élèves qui feront le Liban de demain.

L’autre grand enjeu du moment concerne l’alimentation. Caridad a ainsi rencontré plusieurs associations locales qui organisent des distributions alimentaires pour les familles les plus pauvres de Beyrouth et Kobayat. Une autre initiative vise à tripler la production d’une ferme laitière qui permet déjà de distribuer du lait à plusieurs centaines de familles pauvres, à 120 orphelins, et à des structures médicales dans les environs de Zghorta.

Caridad poursuivra son action au Liban

L’équipe de Caridad travaille dès à présent pour évaluer les projets selon leur impact pour pouvoir aider un maximum de personnes. Le contact est maintenu avec nos partenaires sur le terrain et l’association apportera une aide qui répondra à des besoins concrets et spécifiques afin de maximiser au mieux son action.