[Bénin] Un bâtiment et des silos à grains pour la production de farine des bénédictines

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
malnutrition-benin
0 € collectés
0 % sur 5000 € d’objectif

Il y a tout juste un an, l’association Caridad répondait à l’appel des sœurs du monastère Notre-Dame-de-l’Écoute à Natitingou, au Bénin.
Leur objectif : lutter contre la malnutrition.

Présentes au Bénin depuis bientôt quinze ans, les sœurs se sont rapidement aperçues qu’elles avaient un rôle à jouer pour agir contre la malnutrition chronique qui affecte, selon l’ONU, 34 % des enfants béninois.

Plutôt que de se contenter d’une production autosuffisante pour leur communauté, les soeurs se sont lancées dans la confection d’une farine enrichie, composée de maïs, de mil, de riz et de graines de soja, élément de base de l’alimentation locale, en particulier pour les enfants.

La farine produite par la bénédictines de Notre-Dame de l’Ecoute au Bénin

L’action des sœurs présente plusieurs avantages :

  • Les céréales sont achetées à des producteurs locaux, ce qui favorise l’activité économique locale.
  • La farine, vendue à un faible prix, peut être achetée par le plus grand nombre, et en particulier par les écoles et orphelinats locaux, et permet aux sœurs d’avoir quelques revenus.
  • La finesse de la farine permet aux enfants de mieux digérer la nourriture cuisinée, favorisant la baisse de la malnutrition.

Cependant, les moyens utilisés pour fabriquer cette farine étaient plus que rustiques.

C’est pourquoi, l’association Caridad était intervenue pour financer l’achat d’un torréfacteur fonctionnant au gaz permettant l’amélioration de la qualité de la farine et ses conditions de fabrications.

Le nouveau torréfacteur offert par Caridad

Aujourd’hui, Caridad poursuit son soutien aux bénédictines et à leur action pour lutter contre la malnutrition.

Jusqu’à présent, les religieuses travaillent à la fabrication de la farine sous des auvents ou dans un bâtiment qui leur sert d’atelier de fabrication.

Cependant, pour continuer leur processus d’amélioration de la fabrication de la farine, elles ont repensé l’ensemble de leur espace de travail pour améliorer leur efficacité et leur productivité.

Plan 3D du bâtiment après les travaux

Pour cela, elles ont besoin de rénover un bâtiment existant pouvant accueillir le nouveau torréfacteur et le reste de la chaine de production.

Les premiers coups de pioches ont déjà été donnés, grâce à l’aide d’ouvriers locaux.

Le chantier a à peine commencé. Il va falloir enduire les murs, installer les portes, les toilettes, faire venir une canalisation d’eau, etc.

Il s’agit là des gros travaux, qu’il faudra ensuite compléter par l’aménagement de l’intérieur, selon les différentes étapes de préparation de la farine.

Les bénédictines ont également besoin de faire l’acquisition de silos à grains en tôle galvanisée. Ceux-ci seront fabriqués sur place et permettront d’entreposer pour l’année tous les grains que les sœurs achètent à la saison propice. Pour l’instant le stockage se faisait de manière artisanale et peu pratique.

Ces travaux d’aménagements et l’acquisition des silos à grain sont indispensables pour améliorer le processus de fabrication de la farine. Mais ils représentent pour la communauté un budget conséquent.

Surtout, ils vont leur donner les moyens d’en produire à une plus grande échelle pour augmenter leur impact dans une zone habitée par 100 000 âmes.

Pour qu’un plus grand nombre de Béninois ait accès à une farine de qualité et pour faire reculer la malnutrition, nous avons besoin de vous.

Donnez aux bénédictines de Natitingou les moyens d’aménager un nouvel atelier de fabrication de la farine et d’acheter des silos pour le stockage des grains.

Elles comptent sur vous.

malnutrition-benin
La communauté des soeurs bénédictines de Notre-Dame de l’Ecoute
Fermer le menu