Liban : financer la scolarité des enfants de Tripoli

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
collectés
% sur d’objectif

Pour la rentrée scolaire 2021-2022, l’association Caridad finance la scolarisation des enfants de l’école des Carmes de Tripoli (Liban).

Un an après l’explosion de Beyrouth, le Liban s’enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos. Cet été, le salaire minimum est tombé à 30 dollars, contre 450 en 2019. Comme l’État n’a plus les moyens de subvenir aux besoins de sa population, de nombreuses pénuries voient le jour : médicaments, électricité, essence, papier, etc.

Les écoles du pays n’échappent pas non plus à la crise et sont touchées de plein fouet par les difficultés financières.
Le système éducatif libanais repose sur un triple fonctionnement. Il y a en effet des établissements privés payants, d’autres publics gérés par l’État et enfin des semi-gratuits financés en partie par l’État et les parents d’élèves. Ces derniers sont généralement tenus par des congrégations religieuses. C’est le cas de l’école Al Carmelia de Tripoli.

Gérée par les frères des Carmes déchaux depuis 1857, l’école se trouve dans une situation intenable. Depuis 20107, le ministère de l’Éducation est bien en peine de verser les subventions qu’il doit aux écoles. Or, cela représente près de la moitié des frais d’inscriptions d’un élève. De plus, sur l’année 2020-2021, elle n’a pu encaisser que 25% des frais de scolarité. En effet, les familles sont contraintes de dépenser leur argent dans les biens de première nécessité plutôt que dans les frais d’inscription scolaire. Pris à la gorge par leur manque de moyens, des parents se voient obligés d’hypothéquer l’avenir de leurs enfants.

Mais vous le savez bien, les dépenses de fonctionnement d’un établissement d’enseignement sont nombreuses. Entre l’électricité, les équipements sportifs, l’eau… les frais ne manquent pas. Pour l’instant, les professeurs ont accepté de diminuer leurs salaires. Mais eux aussi ont des familles à nourrir et des enfants à éduquer !

L’école a également fait le choix d’abaisser le montant des frais de scolarité des parents les plus pauvres pour les inciter à laisser leurs enfants aller en classe. Cependant cela a un coût évident pour l’établissement qui doit donc trouver d’autres sources de revenus.

Aucun enfant ne devrait être empêché de s’instruire. Voilà pourquoi Caridad s’engage auprès de l’école Al Carmelia.

Alors que la rentrée vient de sonner, 784 jeunes qui ont rejoint les bancs de l’école. Or, les Carmes n’ont pas les moyens suffisant pour que l’établissement fonctionne jusqu’à la fin de l’année. Pour les aidés, vous pouvez faire un don à Caridad.
Par exemple, un don de 67€ permet de financer un trimestre de scolarité pour un enfant.

Aujourd’hui, un des seuls moyens pour que les enfants se rendent à l’école est votre générosité.