Ukraine : un convoi humanitaire de Caridad au profit des réfugiés

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Du 9 au 13 mars, l’association Caridad a affrété un camion pour se rendre à la frontière entre la Slovaquie et l’Ukraine afin d’apporter des médicaments, du matériel médical et une aide alimentaire pour les réfugiés ukrainiens.

Redon, le mardi 8 mars 2022 – Les portes du camion claquent pour la dernière fois avant le départ matinal prévu le lendemain. La troisième et dernière collecte de médicaments et de produits paramédicaux avait lieu le matin-même.
L’équipe de Caridad avait donc l’après-midi pour faire l’inventaire de la marchandise, la mettre en carton et la charger dans l’utilitaire loué pour l’occasion.

Grâce aux dons matériels et financiers des Redonnais et des bienfaiteurs de Caridad, l’ONG catholique a pu prendre la route avec 12m3 d’aide humanitaire.

Pendant les deux jours de trajets nécessaires pour atteindre Vysne-Nemecke, poste frontière slovaque frontalier de l’Ukraine, le moral est bon. Les contacts avec les religieuses des trois orphelinats soutenus par Caridad se maintiennent. Et les nouvelles sont rassurantes. Voilà qu’un des établissements vient de prendre ses quartiers dans le sud de la Pologne, tandis qu’un autre s’est établi dans le nord de l’Italie.

Le vendredi matin, à l’approche de la frontière, le nombre de voitures et camions avec des marques de soutien à l’Ukraine s’intensifient. A l’arrivée, une file de véhicules avec des drapeaux ukrainiens ou des croix rouges s’étend sur près d’un kilomètre. L’équipe de Caridad retrouve à l’endroit convenu une religieuse d’Oujhorod avec une amie de sa communauté pour transférer le chargement dans leur camion. Elles doivent retourner en Ukraine pour remettre le matériel médical à l’Office des premiers secours de la ville. 30 kg de levure fraiche ont également été distribués aux boulangeries locales, et deux cartons alimentaires à l’orphelinat de Khmelnitski qui a trouvé refuge dans la région.

Une grande inquiétude à Oujhorod

Cette rencontre est l’occasion pour la sœur de décrire la situation à Oujhorod, ville de 115 000 habitants située au sud-ouest de l’Ukraine. « Nos valises sont prêtes en cas d’attaque russe sur la ville. Nous sommes très inquiètes. Des radios posées par les saboteurs ont été trouvées dans plusieurs endroits de la ville ». La ville est engorgée par l’afflux des réfugiés et l’inquiétude grandit face à la possibilité de bombardements.

Une aide alimentaire pour les réfugiés au poste frontière de Vysne-Nemecke

Après le départ des deux femmes, l’équipe de Caridad s’est rendue sur le camp d’accueil des réfugiés au poste frontière de Vysne-Nemecke pour évaluer les besoins avant son départ. Un responsable associatif local affirme qu’il commence à manquer de la nourriture en portion individuelle. « La frontière est seulement un point de passage pour toutes ces personnes. Il faut privilégier les barres de céréales et les briquettes de jus de fruit individuelles », dit-il.

Par conséquent, Caridad se rend au supermarché le plus proche. L’équipe de l’association fait un plein de courses qu’elle retourne livrer au poste frontière avant de reprendre la route pour la Bretagne.

L’aide de Caridad en faveur des réfugiés ukrainiens va se poursuivre

Caridad poursuit sa mobilisation en faveur des réfugiés ukrainiens pour répondre à l’urgence humanitaire. Depuis le début de la guerre, l’association a déjà fait parvenir une aide financière à deux orphelinats. Le financement des trois orphelinats que Caridad aide depuis trois ans se poursuivra tout au long de la crise jusqu’à leur réinstallation à Kyiv, Jytomyr et Khmelnitsky. Une nouvelle action à la frontière ukrainienne est également une piste sur laquelle travaille notre équipe.

Pour soutenir l’action Caridad en faveur des réfugiés ukrainiens, faites un don en cliquant ici.

Actualité