Urgence Pérou : financez les distributions alimentaires

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
5000 € collectés
100 % sur 5000 € d’objectif

Dans ce pays d’Amérique latine, la crise sanitaire due au coronavirus ainsi que le confinement engendrent une crise humanitaire majeure. En effet, beaucoup de Péruviens n’ont plus les moyens de subvenir à leurs besoins.

Depuis la banlieue de Lima, où il exerce son ministère, le père de Penfentenyo voit la situation se dégrader de jour en jour pour de nombreuses familles.

La crise sanitaire due au coronavirus est en train de fragiliser encore plus les populations les plus pauvres et précaires du pays. Certaines personnes ont décidé de continuer à travailler, mettant en danger leur vie. C’est cela ou mourir de faim après avoir dépensé toutes leurs économies !

Pour faire respecter les mesures de confinement et l’état d’urgence, l’armée et la police nationale ont été déployées aux quatre coins du pays.

Pour laisser toute latitude aux forces de l’ordre, le parlement péruvien a adopté une loi qui assure une protection juridique aux policiers et militaires qui, dans l’exercice de leurs fonctions constitutionnelles, causeraient des blessures ou la mort.

Les prêtres peuvent encore aller et venir librement. Et l’abbé de Penfentenyo ne s’en prive pas pour porter secours aux plus démunis.

Le collège où sert habituellement le père de Penfentenyo est actuellement fermé à cause du confinement qui se poursuit encore là-bas. Mais cela ne veut pas dire qu’il se tourne les pouces en attendant sa réouverture.

Ce prêtre énergique ne manque pas d’esprit d’initiative et d’imagination pour aider son prochain dans la difficulté. Pour soutenir les familles les plus pauvres de la paroisse où se trouve le collège, le père a mis en place un système de distribution de denrées alimentaires.

La paroisse étant bien organisée avec différentes chapelles de quartier, les foyers les plus nécessiteuses ont pu être facilement identifiées.

Avec quatre-vingts euros, l’abbé parvient à acheter de quoi nourrir huit familles pour cinq jours. Mais, à l’inverse de la France, la sortie du confinement n’a pas encore eu lieu. Il faudra surement des semaines avant que cela n’arrive.

Le système de distribution est efficace, mais coûte relativement cher à la paroisse.Or, sans messe et donc sans quête, celle-ci voit ses revenus fondre comme neige au soleil.

Il est urgent que nous lui venions en aide le plus rapidement possible !

Fermer le menu