Menu

L’ESCLAVAGE UN FLÉAU ENCORE EXISTANT EN INDE

Trop d’enfants souffrent encore de l’esclavage ! L’équipe de Caridad se joint à un ordre religieux déjà fort ancien pour faire face à ce fléau qui détruit des millions de vies.

50 millions de vies brisées

Pas un pays du monde n’a éradiqué l’esclavage. Le nôtre pas moins qu’un autre. C’est ainsi que nous croisons régulièrement des hordes de fillettes dans nos villes, qui ont été formées à mendier. Quelle liberté ont ces gamines ? Le soir, elles subissent les foudres de leurs maitres, qui n’hésitent pas à abuser d’elles. De quel avenir peuvent-elles rêver avec cette vie cauchemardesque ?

En Inde, la misère est héréditaire

Connaissez-vous le nombre d’esclaves qui demeurent en Inde ? Pour un salaire mensuel de quelques dizaines d’euros, ils sont plus de 18 millions à s’éreinter dans des champs, sur des chantiers ou dans des industries plus de quinze heures par jour. C’est le pays le plus violemment frappé par l’esclavage.

Les esclaves, de véritables captifs, perdent leur vie auprès de leur propriétaires qui les maltraitent et les battent, parfois jusqu’à la mort. Le soir, en rentrant chez eux, que leur reste-t-il comme force pour s’occuper de leurs enfants ? Aucune, c’est évident.

4 135 €

collectés

82.7%

sur 5 000€ d’objectif
Facebook
Instagram
Youtube
Google+
https://caridad.fr/projets/projets-en-cours/a-linternational/pauvrete/serviteurs-des-esclaves
RSS

Les enfants des esclaves, trop pauvres pour aller à l’école, ne recevront jamais l’ombre d’une éducation. Comme leur parents, ils resteront esclaves toute leur existence. Et leurs enfants subiront le même sort. C’est un cercle vicieux auquel nous voulons mettre un terme.

La solution réside dans l’instruction

« La vérité vous rendra libre » (Jean 8, 32). En tant qu’organisation catholique, nous sommes convaincus que la solution à apporter aux esclaves pour les sortir de leur état de servilité, c’est de les aider à s’instruire intellectuellement et de grandir dans la foi. L’école doit donner les clés de la liberté.

Main dans la main, avec l’Ordre de la Très Sainte Trinité et des Captifs, nous sommes engagés dans le projet de finance d’une école dans l’État d’Assam, au nord-est de l’Inde. Là-bas, les Trinitaires accueillent des jeunes filles, des 15 à 18 ans, dont les parents sont esclaves dans des plantations de thé.

Il y a urgence à aider les Trinitaires dans ce projet. La destinée de ces jeunes est en jeu. Dans l’école, tout est à financer : le logement, la nourriture, l’habillement, mais aussi le matériel pédagogique comme les livres ou les uniformes. Nous devons rassembler près de 17 000 €. Ordre de la Tres Sainte Trinite et des captifs

L’Ordre de la Très Sainte Trinité et des Captifs se charge de transmettre aux enfants d’esclaves ce dont ils ont besoin pour devenir des adultes libres. Mais vous, pourriez-vous vous charger de leur en donner les moyens ?

ÉVANGÉLISATION DES BÉNINOIS

Aujourd’hui encore il existe des populations qui n’ont pas accès à la Bible, faute de traduction dans le bon dialecte et de manque d’instruction.

Newsletter

Suivez-nous :

Facebook
Instagram
Youtube
Google+
https://caridad.fr/projets/projets-en-cours/a-linternational/pauvrete/serviteurs-des-esclaves
RSS
  TOP